Vers un revenu maximum ?

Depuis de nombreuses années, une grande partie de sociologues décrivent le comportement des français vis-à-vis de l’argent comme malsain. Les français auraient un problème lié à l’argent. Il est assez facile de le constater en écoutant les déclarations faites ici et là. Les français veulent toujours en gagner plus tout, et crie en permanence au scandale pour les salaires des patrons, de certains sportifs, de certains peoples… tout en cachant ce qu’ils gagnent pour ne pas passer dans la catégorie de ceux qui gagnent trop.

Pour s’en convaincre un peu plus, il suffit pourtant de comparer nos comportements à ceux d’autres peuples. Et là malheureusement on constate bien que les anglo-saxons diffèrent complètement sur ce point. Dans les pays du nord de l’Europe ainsi qu’en Amérique du Nord il n’est point tabou de discuter d’argent, d’évoquer le salaire des salariés, patrons… Des amies peuvent discuter argent sans que cela pose de réels problèmes.

En zappant je suis tombé ce matin sur un débat autour de l’équipe de France sur la chaîne LCP. On pouvait entendre un politique dire en gros « Domenech gagne trop d’argent ». On peut être d’accord ou non, là n’est pas mon point. Cela n’a été dit qu’à demi mot, mais l’argument avancé, en lisant à travers les lignes, était que l’entraîneur avait failli à sa mission, qu’il ne méritait donc pas son salaire et qu’on ne devrait pas le lui verser.

Ce genre de discours est à mon sens très dangereux. Comment pourrait-on justifier le droit ou non de verser un salaire ? Il ne s’agit ici pas de primes qui sont soumises à une négociation et un choix de la part de l’employeur, mais bien de salaires. Le principe même d’un salaire est l’obligation de le verser. Si un employeur souhaite ne plus verser de salaires, des procédures existent qu’on appelle le licenciement.

J’en viens au titre de cet article. Hier soir alors que je regardais la rediffusion de « C dans l’air », j’ai été choqué d’entendre une notion défendu par un représentant du mouvement politique « Europe Ecologie ». J’en ai tellement été choqué que j’ai du mettre deux heures à m’endormir. Cette notion est tout simplement le principe de revenu maximum. Une fois de plus nos chers politiques s’appuient sur des abus d’une partie minoritaire du système pour faire passer leurs propositions. Même si je suis plutôt opposé à la mise en place de cette restriction, ce n’est pas tant le principe même de revenu maximum qui m’a choqué mais plutôt le niveau de celui-ci.

On entend de plus en plus la notion de « x fois le smic ». C’est donc ainsi que le revenu maximum serait définis. Les valeurs proposées lors de l’émission hier était de 8 à 10 fois le SMIC. Pour transposer en euros, cela correspond environ pour l’année 2010 à 10800€ ou 13500€ brut par mois. Comment peut-on vouloir limiter à de telles valeurs ? La très très très très très très très très très très très grosse majorité des gens qui seraient concernés gagnent leur vie honnêtement sans abuser du système. De plus dans une entreprise, les salaires augmentent en fonction du poste. Cela signifierai qu’une entreprise gagnant de l’argent aurait une grille de salaire allant de une fois le SMIC à 10 fois le smic pour le patron par exemple. En fonction du nombre de niveau au sein de l’entreprise il serait facile de savoir qui gagne combien. Vous êtes à tel poste donc votre salaire est de tant et c’est tout.

Quid de ceux qui gagnent plus de dix fois le SMIC ? Que fait-on de leurs salaires ? Si les entreprises ne peuvent pas légalement les payer plus, cet argent restera dans leurs caisses pour financer l’investissement ou favoriser la rentabilité. Et qui en profiterait ? Les actionnaires… c’est à dire une faible partie de la population. De plus il faut arrêter de cracher sur les gens qui gagnent de l’argent car l’énorme majorité d’entre eux paient leurs impôts, font tourner l’économie, créent des emplois de services.

Tout le monde sait ce qu’est « La fuite des cerveaux ». Aujourd’hui nous sommes dans une société de l’information et de la connaissance. Pour ce faire, les entreprises ont besoin d’emplois qualifiés. La compétence se paie. Une telle mesure ne ferait que faire encore plus fuir les employés qualifiés vers l’étranger.

Le revenu maximum tel que proposé, c’est une mise à niveau générale vers le bas qui aurait de graves répercussions sur notre économie…

Partager et découvrir : Ces icônes sont des liens vers des sites de partage de signet sociaux où les lecteurs peuvent partager et découvrir de nouveaux liens.
  • Wikio FR
  • Facebook
  • MySpace
  • TwitThis
  1. Où clique-t’on sur « J’aime » ?

  2. Lol on est pas sur fc ici ^_^

  3. Article intéressant. Après, m’est avis que certains salaires (pour des PDG comme pour des élus, d’ailleurs) sont totalement déconnectés de la réalité et/ou du travail effectivement fourni. Mettre un tel seuil n’est sans doute pas une solution, mais il y aurait sans doute une réflexion à mener à ce niveau…

    Et 10 fois le SMIC, ça laisse quand même rêveur…! :-o

    @ Fufu :

    Y’a un lien vers facebook en fin d’article… ;-)

    PS « Article similaire : 300″ o_O

  4. Le problème des salaires est qu’ils ne sont plus fixés par rapport à la tâche en elle-même (difficulté, niveau de technicité…), mais par rapport à ce qu’elle rapporte à l’entreprise, et aussi en fonction de l’offre et de la demande.

    L’informatique en est un bon exemple. Après les années 2000 et l’éclatement de la bulle Internet, les entreprises se sont rendues compte qu’elles pouvaient augmenter de beaucoup la productivité moyenne de leurs salariés avec des logiciels adaptés et ont donc fait appel en masse aux personnes qualifiées (ou pas ;) pour développer ces logiciels. Sauf que le besoin en main d’oeuvre a dépassé de beaucoup la capacité du milieu à l’époque. Quand je suis entré sur le marché du travail en 2007, il existait deux postes de disponibles pour chaque nouveau diplômé. Conséquence : les salaires ont explosés.
    On en est même venu à former sur le tas des personnes n’ayant jamais fait d’informatique pour développer des applications. Je connais plusieurs collègues qui ont à la base une formation de chimie, de biologie ou autre étude qui n’a rien à voir avec l’info.

  5. Pour les articles similaires, c’est parce qu’ils ont un mot-clé en commun. Il est clair que c’est tout ce que ces deux articles partagent…

  6. @Fufu
    Tu sais Fufu, je n’ai pas pour ma part fait d’études d’informatique à proprement dit. J’étais dans une école généraliste dans laquelle nous avons fais un peu d’informatique.

    On peut pas dire que c’était très poussé.

    Et pourtant cela ne m’empêche pas de travailler dans ce milieu et d’en connaître plus que certains qui ont pourtant toujours baigné dedans…

  7. Je suis d’accord globalement avec fufu.

    Le problème des très haut salaires vient de là, mais aussi de deux autres choses :

    L’habitude : ceux qui sont haut positionnés savent combien d’autres au même niveau qu’eux gagnent, et donc veulent autant. Ajoutons à ça que les boites aiment bien se racheter les gens entres elles, ces salaires montent vers des niveaux toujours plus élevés. Si un directeur d’agence ne savait pas que le directeur d’agence à coté gagne 100k, il serait peut être très satisfait de gagner 50k. Les gens ne se demande pas s’il ont assez pour eux, mais s’ils ont au moins autant que le voisin. Mais comme toutes les habitudes, elle est facile à changer pour le mieux (augmenter tous les directeurs d’agence ne leur posera aucun problème !), mais quasi impossible pour le pire (faut pas toucher à leurs salaires …).
    Ces deux effets, l’impossibilité de baisser les salaires et la surenchère des entreprise font que les salaires montent fortement. Mais bon, on peut toujours considérer ça comme l’offre et la demande.

    L’auto décision : Quand on est très haut placé, il arrive un moment où l’on décide plus ou moins de son propre salaire (enfin, ça dépend de la forme de l’entreprise). Et là, l’offre et la demande ne joue pas.

    Personnellement, je trouve que je suis très bien payé par rapport à la difficulté de mon travail. (ce qui ne m’empêche pas d’espérer plus, hein, je suis comme les copains XD)

  8. Lyr :
    L’habitude : ceux qui sont haut positionnés savent combien d’autres au même niveau qu’eux gagnent, et donc veulent autant.

    Je ne suis pas d’accord pour ne citer ici que les hauts positionnés car c’est le cas à tous les niveaux de l’échelle. On sait tous à peu près combien gagne chacun.

    Globalement la surenchère vient du fait que la compétence est plus rare que le nombre de poste à pourvoir. Il est donc classique d’aller débaucher des gens dans d’autres boîtes. Et en générale le seul moyen est d’y mettre le prix.

    Lyr :
    Si un directeur d’agence ne savait pas que le directeur d’agence à coté gagne 100k, il serait peut être très satisfait de gagner 50k.

    Je n’y crois pour ma part pas une seconde. Si tu peux demander 100k, pourquoi ne pas le demander. Tu serais peut être satisfait à 50k, mais à 100k aussi.

    La plupart des gens que je connais qui font des comparaisons avec d’autres salaires le font bien souvent parce qu’ils ont le sentiment d’être à même niveau de compétence (ou supérieur) tout en gagnant autant voire moins.

    Lyr :
    L’auto décision : Quand on est très haut placé, il arrive un moment où l’on décide plus ou moins de son propre salaire (enfin, ça dépend de la forme de l’entreprise). Et là, l’offre et la demande ne joue pas.

    Quand on est très haut placé, c’est qu’on appartient à de grosses entités et là on ne décide pas de son salaire. Même les patrons des très grands groupes ne décident pas (sauf cas assez rare) de leur salaire. La raison est simple, dans ces entreprises il y a des conseils de surveillance qui valident le salaire. Après on peut tout à fait se poser la question des liens qui peuvent pervertir le système, mais théoriquement ils ne décident pas.

    Le problème de la notion de difficulté est son étendue.

  9. Ce qui je voulais dire par : « Si un directeur d’agence ne savait pas que le directeur d’agence à coté gagne 100k, il serait peut être très satisfait de gagner 50k. », c’est que l’on peut tout à fait imaginer un monde ou le salaire « normal » d’un directeur d’agence soit 50k au lieu de 100k, à travail identique. Dans ce monde, et bien que faisant le même travail, un directeur serait content d’avoir 50k pour son travail, alors que dans le monde ou le salaire moyen pour ce poste est 100k, il serait insatisfait.
    C’est juste un argument pour bien montrer que le salaire est indépendant de la difficulté du travail effectué, et que l’on estime la « valeur » de son travail principalement par comparaison à ce qui se fait autour de nous, et nous en fonction de la complexité réelle du travail.

Leave a Comment


NOTE - You can use these HTML tags and attributes:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>