Quand la religion prend le pas sur les droits de l’Homme…

Une décision de justice rendu hier à Lille est très inquiétante pour un pays comme la France qui prétend reconnaître les droits de l’Homme depuis plus de deux cents ans. Inquiétant d’autant plus qu’il s’agit de la première décision de ce type, elle pourrait donc faire jurisprudence ce qui serait une catastrophe.

Cette décision comme l’explique le journal Le Monde fait suite à une demande d’un homme français de confession musulmane en vue de l’annulation pure et simple du mariage avec sa femme pour cause « d’erreur sur les qualités essentielles ». Ce qui est tout bonnement choquant, c’est que la qualité essentielle en question est la virginité. Cette homme a demandé à ce que soit annulé son mariage parce que sa femme n’est plus vierge, sans réfléchir à quel point il bafoue les droits de sa femme.

C’est tout bonnement une honte… Espérons que cette décision de justice soit détruite en appel ou par toute autre cour de justice.e

Source Le Monde

Partager et découvrir : Ces icônes sont des liens vers des sites de partage de signet sociaux où les lecteurs peuvent partager et découvrir de nouveaux liens.
  • Wikio FR
  • Facebook
  • MySpace
  • TwitThis
Leave a comment ?

15 Comments.

  1. Je tempère un peu ton propos Tharkun.

    Le tribunal n’a pas reconnu la virginité comme une qualité essentiel. Il a juste reconnu que pour la personne qui a porté plainte, il s’agissait d’une qualité essentielle. Et qu’il avait été trompé (car la femme lui avait menti sur ce point).

    Sans faire de comparaison entre une femme et une marchandise, le même genre de chose existe dans les ventes. Les qualités essentielles d’un produit sont les qualités les plus importante pour l’acheteur. C’est quelque chose de subjectif.

    En gros le tribunal a dit que l’homme avait contracté un contrat qu’il n’aurait pas contracté s’il avait eu connaissance de ce détails, qui constitue pour lui, une qualité essentielle. De plus, il n’avait pas connaissance de ce détails à cause de la mauvaise foi de son épouse. Il a été trompé sur l’objet du contrat. On serait dans le domaine du commerce, on appelerait cela de l’escroquerie. Le tribunal a donc déclaré comme nul le contrat. La seule chose choquante que je vois ici, c’est que l’homme considère la virginité de sa femme comme primordiale. Mais après tout, c’est son droit. Le tribunal est resté très neutre.

  2. Le problème est qu’il faut se placer du côté de la femme, qui elle est coincé à partir du moment où elle n’est plus vierge. Autoriser cela, c’est interdire à toute femme de confession musulmane le droit de disposer de son corps avant le mariage…

    C’est ce qu’il se passe dans des pays intégristes où une femme amène le déshonneur et ne pourra jamais se marier parce qu’elle a eu une relation sexuelle avant son mariage

    Casser le mariage, c’est détruire le droit aux femmes de disposer de leur corps comme elle le souhaite (et non pas comme les maris le souhaite)

  3. Le problème là, c’est que tu viole le droit des hommes musulmans. Ils ont le droit, après tout, de ne vouloir épouser que des femmes vierges. Ça, tu ne pourra pas leur imposer le contraire.

    Pour les femmes, elles n’ont qu’à pas de marier avec des musulmans aussi stricts. Et si elle choisissent de le faire quand même, c’est leur choix, et il faut qu’elle connaissent les conséquences.

    C’est comme si par exemple, fumer interdisait de devenir pilote de chasse (ou grand sportif). Si tu veux devenir grand sportif, tu fume pas… Mais personne te l’impose, c’est ton choix.

    La décision de justice n’interdit pas à la femme de faire ce qu’elle veut, elle lui interdit de contracter un mariage en trompant son mari sur quelque chose qui est fondamental pour lui, dans ses convictions.

    Suppose qu’un jour tu te maris avec une femme, et elle t’apprend après qu’en fait, "elle" est un mec. Tu trouverais pas normal que le mariage puisse être annulé ?

    Je comprend que ça puisse sembler horrible pour la femme en question. Elle a déjà couché avec un homme. Il faut assumer. Ce qu’on fait dans la vie a des conséquences. Avoir le droit de faire ce que tu veux, c’est pas avoir le droit de ne pas assumer.

    La décision de justice française est tout à fait juste. Ce qui détruit le droit de la femme de disposer de son corps comme elle le souhaite, ce n’est pas cette décision, c’est la mentalité de son mari (et des musulmans stricts). C’est après cette mentalité qu’il faudrait gueuler, pas après la justice française.

  4. "Le problème là, c’est que tu viole le droit des hommes musulmans. Ils ont le droit, après tout, de ne vouloir épouser que des femmes vierges. Ça, tu ne pourra pas leur imposer le contraire."

    Ce point de vue va à l’encontre d’un des principes fondamentaux de notre république qui est l’égalité homme femme. Il n’est pas possible d’appliquer le même point de vue à un homme, l’appliquer à une femme devient donc illégal, quelque soit la religion qui n’a pas à intervenir dans une société laïque.

    "Pour les femmes, elles n’ont qu’à pas de marier avec des musulmans aussi stricts. Et si elle choisissent de le faire quand même, c’est leur choix, et il faut qu’elle connaissent les conséquences."

    Je ne te pensais pas aussi fermé. Je suis désolé, mais on ne choisit pas forcément de qui on tombe amoureux. Et il peut souvent y avoir une énorme pression sur les épaules de ces femmes. Dans beaucoup de familles, quand on appartient à une "race" (j’aime pas ce mot), le mariage doit se faire avec la même race…

    "C’est comme si par exemple, fumer interdisait de devenir pilote de chasse (ou grand sportif). Si tu veux devenir grand sportif, tu fume pas… Mais personne te l’impose, c’est ton choix."

    Ce que tu crois… Fumer est en train de devenir un critère…

    "La décision de justice n’interdit pas à la femme de faire ce qu’elle veut, elle lui interdit de contracter un mariage en trompant son mari sur quelque chose qui est fondamental pour lui, dans ses convictions."

    C’est bien çà le problème. Le mariage qui a été rompu est un mariage républicain dont les règles doivent être celles de la république et non pas celle de l’individu…

    "Suppose qu’un jour tu te maris avec une femme, et elle t’apprend après qu’en fait, "elle" est un mec. Tu trouverais pas normal que le mariage puisse être annulé ?"

    La différence est que le critère ne repose pas sur le fait d’avoir pratiquer une activité sexuelle ou non dans son passé. Il s’agirait d’un mariage homosexuel qui n’est pas reconnu par la loi. Le mariage serait donc illicite et détruit.

    "Je comprend que ça puisse sembler horrible pour la femme en question. Elle a déjà couché avec un homme. Il faut assumer. Ce qu’on fait dans la vie a des conséquences. Avoir le droit de faire ce que tu veux, c’est pas avoir le droit de ne pas assumer."

    Une féministe te tuerait en lisant de telles paroles. Encore une fois, il n’est pas interdit à un homme de se marier parce qu’il a déjà couché avec une femme, alors cela ne peut être appliqué à une femme. Tout ce qu’on fait a en effet des conséquences, à la différence que ce que fait un homme a toujours moins de conséquences qu’une femme. Une femme couche, on dit que c’est une salope, un homme couche, on dit que c’est un tombeur.

    "La décision de justice française est tout à fait juste. Ce qui détruit le droit de la femme de disposer de son corps comme elle le souhaite, ce n’est pas cette décision, c’est la mentalité de son mari (et des musulmans stricts). C’est après cette mentalité qu’il faudrait gueuler, pas après la justice française."

    Cette décision entérine la mentalité de ce mari…

    A cause de ce genre de problème, des femmes voulant avoir une activité sexuelle ne pratiquent que la sodomie pour rester vierge car sinon elles seront rejetées…

  5. Tu ne vois pas ce que je veux dire, je trouve.

    "Le problème là, c’est que tu viole le droit des hommes musulmans. Ils ont le droit, après tout, de ne vouloir épouser que des femmes vierges. Ça, tu ne pourra pas leur imposer le contraire."

    Ce point de vue va à l’encontre d’un des principes fondamentaux de notre république qui est l’égalité homme femme. Il n’est pas possible d’appliquer le même point de vue à un homme, l’appliquer à une femme devient donc illégal, quelque soit la religion qui n’a pas à intervenir dans une société laïque.

    — Je ne vois pas en quoi c’est contre l’égalité. Une femme en France a tout à fait le droit d’avoir des opinions et de refuser d’épouser certaines catégories d’homme. Un homme aussi.

    "Pour les femmes, elles n’ont qu’à pas de marier avec des musulmans aussi stricts. Et si elle choisissent de le faire quand même, c’est leur choix, et il faut qu’elle connaissent les conséquences."

    Je ne te pensais pas aussi fermé. Je suis désolé, mais on ne choisit pas forcément de qui on tombe amoureux. Et il peut souvent y avoir une énorme pression sur les épaules de ces femmes. Dans beaucoup de familles, quand on appartient à une "race" (j’aime pas ce mot), le mariage doit se faire avec la même race…

    — Je ne suis pas fermé, juste logique. Parfois dans la vie, tu peux tomber amoureux de quelqu’un, et que ce quelqu’un ne veule pas de toi, pour quelque raison que ce soit. C’est la vie, et ce n’est pas à la loi de régir cela. Et si tu ment pour faire croire à la personne en question que tu es comme il le veut, qu’un mariage est conclu, mais qu’il n’aurait pas été conclu sans ce mensonge, alors le contrat peut être annulé, c’est la loi. On n’a pas le droit en France de mentir dans le but de faire accepter un contrat qui n’aurait pas été accepté avec la vérité. Ça me semble une loi assez saine, non ? Quand au problème de la pression familiale, elle est interdite par la loi. Un mariage peut d’ailleurs être annulé si par exemple la femme justifie avoir subie des pression très fortes de la part de sa famille. Après, si la femme se résigne et accepte de plier aux désirs de sa famille, la loi ne peut rien pour elle.

    "Suppose qu’un jour tu te maris avec une femme, et elle t’apprend après qu’en fait, "elle" est un mec. Tu trouverais pas normal que le mariage puisse être annulé ?"

    La différence est que le critère ne repose pas sur le fait d’avoir pratiquer une activité sexuelle ou non dans son passé. Il s’agirait d’un mariage homosexuel qui n’est pas reconnu par la loi. Le mariage serait donc illicite et détruit.

    — Effectivement, l’exemple est mal choisi. Mais sort un peu de l’exemple précis. C’est pas l’exemple qui est important, c’est l’idée qui est derrière. Pour certaines personnes, certains critères sont rédhibitoire. Si tu as absolument besoin d’un exemple, suppose que la femme en question t’as cachée qu’elle est sataniste et qu’elle fait des rituels tous les soirs en égorgeant des poulets et en mettant du sang partout.

    "Je comprend que ça puisse sembler horrible pour la femme en question. Elle a déjà couché avec un homme. Il faut assumer. Ce qu’on fait dans la vie a des conséquences. Avoir le droit de faire ce que tu veux, c’est pas avoir le droit de ne pas assumer."

    Une féministe te tuerait en lisant de telles paroles. Encore une fois, il n’est pas interdit à un homme de se marier parce qu’il a déjà couché avec une femme, alors cela ne peut être appliqué à une femme. Tout ce qu’on fait a en effet des conséquences, à la différence que ce que fait un homme a toujours moins de conséquences qu’une femme. Une femme couche, on dit que c’est une salope, un homme couche, on dit que c’est un tombeur.

    — Je suis d’accord que les moeurs de la société sont bizarres. Mais je n’ai rien dit qui puisse offenser une féministe. J’ai dit : il faut assumer ses actes. Que je sache, ce n’est pas moi qui ai décrété qu’une femme qui couche est une salope et que c’est normal pour un homme. Je n’ai même pas dit que j’étais d’accord avec ça. Si un homme couche avec une maitresse et que sa femme le quitte pour ça, je dirais la même chose, il faut qu’il assume les conséquences de ses actes. J’ai dit "Elle" ici car on parlait d’une femme, mais ça marche pour n’importe qui. Encore une fois, je ne prend pas partie, je reste uniquement logique. Ce que je dit, c’est qu’elle a couché avant, et qu’elle est tombée amoureuse d’un homme qui refuse de se marier avec une femme non vierge. Il y a incompatibilité, c’est tout. Si un homme noir tombe amoureux d’une femme qui refuse de se marier avec un noir, il y a incompatibilité. C’est triste, mais c’est la vie. Je ne jète pas la pierre à la femme en question, je dit juste que parmi les choses qui la caractérise, il y en a une que l’homme qu’elle veut épouser ne peut pas supporter. Et en France, c’est interdit de mentir de cette façon. Que la chose en question soit le fait d’avoir couché, d’avoir un grain de beauté sur la fesse droite ou les dents de travers, c’est pareil.

    "La décision de justice française est tout à fait juste. Ce qui détruit le droit de la femme de disposer de son corps comme elle le souhaite, ce n’est pas cette décision, c’est la mentalité de son mari (et des musulmans stricts). C’est après cette mentalité qu’il faudrait gueuler, pas après la justice française."

    Cette décision entérine la mentalité de ce mari…

    — Absolument pas. La décision entérine le fait qu’elle n’avait pas le droit de mentir à son futur mari sur un point qu’il considérait comme essentiel. point à la ligne. Le point en question n’a que peu d’importance. Cette décision pourra peut être plus tard servir à une femme à laquelle le mari aurait menti sur un point qu’elle ne peut supporter.
    Ce n’est pas à la justice de décider ce qui est essentiel pour chaque personne. Elle n’a pas ce droit.

    A cause de ce genre de problème, des femmes voulant avoir une activité sexuelle ne pratiquent que la sodomie pour rester vierge car sinon elles seront rejetées…

    –Encore une fois, c’est leur choix de subir cette pression familliale ou sociale, ou de lutter contre. La loi les protègent, mais elle ne peut rien faire si elles se resignent à subir.
    D’un autre coté, la loi doit être impartiale, et ne peut pas forcer un homme à se marier avec une femme non vierge si il ne le souhaite pas. Elle n’a donc pas le droit d’autoriser le mensonge à ce niveau là.

    Ce qui est prépondérant ici, c’est que la femme ait menti. Et ne me dit pas qu’elle n’avait pas le choix, on a toujours le choix. Etant musulmane aussi, je pense qu’elle savait très bien ce que son futur époux en penserais si elle le lui disait. Le fait qu’elle est menti a fait que le contrat de mariage a été effectué avec un vice caché dont une des deux partie avait conscience. En France, un contrat doit OBLIGATOIREMENT être effectué honnetement et de bonne foi. La femme a essayé de tromper son (futur)mari. Ce qui au yeux de la loi rend nul le contrat. C’est la loi.

    Qu’est ce que tu voudrais faire ? obliger l’homme a accepter la femme à l’encontre de ses convictions. Tu trouve pas que ça violerai un peu ses droits ? Il est peut être con, macho, stupide, méprisable et tout ce que tu veux, il n’en reste pas moins qu’en France il a des droits, tout comme la femme. Or le fait que l’homme refuse d’épouser une femme non vierge ne détruit aucun droit de la femme, qu’elle mente pour obtenir le mariage va à l’encontre des droit de l’homme.

    Ca fait tout une histoire à cause des féministes qui rebondissent dessus, mais ils voudraient quoi les féministes ? Que la femme ait le droit de faire ce qu’elle veut. Dans ce cas il faut gueuler contre la mentalité des musulmans. Mais il est impossible de marquer dans la loi qu’un homme n’a pas le droit de refuser de se marier avec une femme non vierge. Ca relève de la liberté personnelle.

    C’est vraiment triste pour cette femme, d’être née dans un environnement aussi fermé que les musulmans (stricts), mais qu’y peut la loi ? La loi lui garanti qu’elle est libre du choix de son époux, mais que peut elle si la femme subie les pressions de sa famille et se laisse faire ?

    Je suis désolé, mais d’un point de vue légal, cette décision de justice est la bonne. Je peux paraitre froids, ce n’est pas vrai. Je trouve que les convictions de cet homme vis à vis de la femme sont révoltantes. Mais en France, il a encore le droit de les avoir. C’est la liberté intellectuelle.

    Et voila, par ta faute je pars super tard du boulot XD

  6. La justice n’a pas toujours raison sur tout, les lois changent, surtout lorsqu’elles ont des limites.

    Etre vierge ou pas relève de la vie privée, et ne peut donc être considérée comme une qualité essentielle.

    Si l’on suit ton résonnement, que faire d’un mariage où la femme a été violée ? On le détruit et on jette la femme c’est çà ? Une femme musulmane violée n’a-t-elle pas le droit de se marier ?

    Toujours en suivant ce raisonnement, il faudrait détruire tout contrat de mariage :

    1. la femme n’est plus vierge
    2. l’homme est impuisant
    3. la femme est stérile
    4. l’homme est stérile

    La médecine évoluant et les moeurs aussi, il est tout à fait possible d’imaginer que les critères essentiels évoluent au fil du temps :

    1. l’homme a des risques importants cardio vasculaire
    2. la femme a un début de cancer

    C’est tout simplement la porte ouverte à tout…

    La loi ne doit pas être appliquée de façon logique suivant un algorithme quelconque. Si tel était le cas, il suffirait de donner le tout à des machines, et non pas à des juges, des avocats…

  7. là tu t’emballes complètement et tu détourne complètement ce que j’ai dit. stp, essaie de faire un effort pour comprendre ce que je dis très précisement.

    J’ai pas dit : il faut détruire les mariages de femmes non vierges.

    j’ai dit : En France, un contrat qui a été conclu avec une des parties cachant une vérité à l’autre, vérité qui aurait empêché la conclusion du contrat si elle était connue, est non valide.

    Je n’ai dit que ça. Je n’ai pas parlé de virginité, de cancer ou de non fertilité.

    Être vierge ou pas relève de la vie privée. Je suis tout à fait d’accord, et après ? Et qui es-tu pour décider qu’un autre homme ne peut pas le considérer comme une qualité essentielle ? Tes critères ne sont pas universels.

    Je n’ai pas dit : les femmes non vierges non pas le droit de se marier.

    j’ai dit : Un homme qui refuse d’épouser une femme non vierge à le droit de refuser d’épouser une femme non vierge. (ça semble évident, non?)

    Il y a des tas d’hommes que ça ne dérange pas.

    Donc s’il te plais, ne dit pas que tu suis mon raisonnement en le déformant complètement.

    Quand aux cas des musulmanes violée, je suis tout à fait d’accord que le cas est problématique. Mais tu veux faire quoi ? Obliger un musulman à l’épouser ? Lui donner le droit de mentir ? La loi ne peux pas donner le droit de mentir, ça serait le début de la fin.

    En fait, tu aurais voulu quoi ? que la justice oblige le couple à rester mariés ? Avec la femme déshonorée et traitée pire qu’une moins que rien ? Au moins là elle a une chance de trouver un époux un peu moins con. Alors que sinon, tu imagines la vie qu’elle aurait ?

  8. Personne ne défend que ces deux personnes devaient restés mariés à vivre ensemble.

    Ce que nous disons, c’est tout simplement qu’il existe des procédures permettant de rompre qui s’appelle le divorce.

    Annuler le contrat qui a été passé créerait une jurisprudence dangereuse tout simplement.

    Dans le cas de femmes musulmanes violées, je considère qu’omettre une telle chose ne justifie en rien l’annulation d’un contrat quel qu’il soit car je pense qu’une femme n’a pas (sauf si elle le veut) à justifier de la perte de sa virginité, encore plus quand il s’agit d’une perte forcée.

    Ah oui dernier point, une qualité essentielle ne devrait être reconnue que si celle-ci est égalitaire, et peut donc s’appliquer à une homme, tout comme à une femme

  9. Désolé d’intervenir si tard, mais je n’ai pas mon lecteur RSS au boulot, et je n’ai lu les mises à jour de Tharkun que ce matin.

    Le débat est interessant. Cela dit, je pense que je ne vais pas vraiment apporter grand chose, car j’aurais tendance à dire que je suis entièrement d’accord avec Lyr.

    Pas la peine donc de ressortir les arguments qu’il a déjà détaillé.

    Mais j’ajouterais un exemple…

    Dans notre cas, il est important d’intégrer que le mariage n’a pas été annulé pour cause de non-virginité, mais pour cause de mensonge sur un sujet important pour l’un des deux partis !

    Dans ce cas, les droits de la femme ne sont absolument pas baffoués.

    Si l’homme avait déjà eu un enfant mais l’avais caché à sa femme dont le rêve était de créer une famille simple et unie. Sa femme aurait très bien pu demander l’annulation du mariage dans les même conditions et l’aurait obtenu sans problème.

    Bafouerait-elle les droits de l’homme ? Bien sûr que non ! Pourtant, il s’agit bien de la vie privée de l’homme, et de ses activités sexuelles pré-mariage. Tout le monde est libre à ce niveau, là n’est pas la question. Le problème est seulement et uniquement en ce qui concerne le mensonge au moment du mariage.

    Au délà de ça, je n’irais pas juger si l’homme (musulman ou non) est con ou non de considerer que la virginité est une condition au mariage. Si une telle volonté est valable pour l’homme ET pour la femme, je trouverait ça plutot bien et poétique. Mais je doute que ça soit le cas ici…

  10. Le problème est que le verdict de ce jugement rend officiel la possibilité que la virginité est un caractère essentiel, ce qui n’est pas égalitaire…

  11. Que la viriginité soit ou devienne un caractère essentiel ne me semble pas aberrant, dans la mesure ou cela est valable pour l’homme ET pour la femme. Ce qui, a priori, est le cas.

    Là ou est le problème, c’est qu’il est aisé de prouver biologiquement la virginité chez une femme, et c’est impossible chez un homme. Cela dit, si la femme amène des preuves "autres" de la non viriginité d’un homme, cela reste égalitaire, mais cependant presque impossible, c’est vrai.

    Le débat n’est donc plus sur la virginité, le mariage, les religions ou les droits de l’homme, mais simplement sur l’égalité (ou non) de l’homme et de la femme ! :-)

    Et dans ce cas, je l’affirme haut et fort : pour moi, l’homme et la femme ne sont pas égaux, ils sont différents (attention : il n’y en a pas un supérieur à l’autre). Parce que si on manifeste parce qu’il est facile de prouver la non-virginité d’une femme, on pourrait aussi manifester contre le fait qu’une femme qui met un décolleté plongeant à un entretient d’embauche augmente ses chances (l’inverse n’étant pas possible en cas de recruteur femme).

    La société se veut égalitaire pour les hommes et les femmes mais ne peut pas l’être. Suivant les cas, l’un va être plus avantagé d’un point de vu physiologique et c’est quelque chose qui ne pourra jamais être changé. Le femmes tombent enceintes. Pas les hommes. C’est pas juste, mais c’est comme ça…

    Dans le cas qui nous interesse, la femme est désavantagée car il est facile de prouver sa (non-)virginité. Et c’est tout. Le débat est juste là… :-)

  12. Clair, faut arreter de nous vouloir égaux ! On est différents, par nature. On est complémentaires.

    Et puis l’égalité dans la loi, ce n’est pas : l’un ne peut pas faire ça, alors l’autre n’a pas le droit non plus, comme tu as l’air de le dire, tharkun :

    "Ce point de vue va à l’encontre d’un des principes fondamentaux de notre république qui est l’égalité homme femme. Il n’est pas possible d’appliquer le même point de vue à un homme, l’appliquer à une femme devient donc illégal"

    Les hommes ne peuvent pas être enceint, on va pas interdire aux femme de l’être.

    L’égalité en france se traduit comme suit : les hommes et les femmes ont les même droits et les même devoir vis à vis de la loi.

    Quand aux critères essentiels, dans un contrat, ce n’est pas la loi qui les fixent, ce sont chacune des parties. Chacune des parties considère certains parties ou fonctionnalité de l’objet du contrat comme essentielles. Ce n’est pas le rôle de la loi de déterminer si tel critère peut être essentiel ou pas. La seul chose que peut faire un jugement, c’est de déterminer si il s’agit réellement d’un critère essentiel pour le plaignant, ou si c’est juste une excuse utilisée comme argument. Ici, il ne me semble pas abérant que le musulman considérait réellement la virginité comme essentiel. Ce que tu voudrais, c’est à dire que la loi ne reconnaisse pas cela comme une qualité essentielle pour cette homme, ça reviendrait à dire : taisez-vous, on sait mieux que vous ce que vous pensez.

    Et encore une fois, la décision ne dit pas que la virginité est une qualité essentielle chez une femme de façon générale. Elle dit juste que pour ce musulman, c’était une qualité essentielle. Ca aurait pû être la virginité, la couleur de peau, la taille ou tout ce que tu veux, ce n’est pas le fond du problème.

    Mais bon, ça touche à la virginité, à la liberté de la femme et tout ça, donc les gens en font tout un flan sans vraiment y réfléchir. Je trouve que c’est vraiment typique de notre époque, malheureusement.

  13. Dans notre république, il existe des lois. Certaines s’appliquent à tout le monde de façon général. D’autres sont plus modestes dans leur amplitude ou leur application.

    Le principe fondateur de notre société est l’égalité homme-femme. Elle n’existe pas entièrement il est vrai car les femmes doivent se battre pour se rapprocher de cette égalité.

    Je dis, je persiste et je signe. Le principe de la virginité ne peut pas être appliqué à un homme puisqu’on ne peut pas vérifier si un homme a déjà couché avec une femme.
    De plus une femme n’ayant plus d’hymen ne signifie pas forcément qu’elle ait couché avec un homme. Que faire alors ? Le mari va croire qu’elle n’est pas vierge alors qu’elle pourrait tout à fait l’être …

    L’idée n’est pas de dire que les hommes doivent avoir leurs règles ou tomber enceinte parce que les femmes peuvent; l’idée est plutôt de dire que là où l’égalité est possible il faut la viser.

  14. Quelques infos supplémentaires :

    jprosen.blog.lemonde.fr/2…

    Les arguments sont très bien développés

    De plus, les deux époux étaient d’accord pour l’annulation du mariage.

  15. oui mais en attendant, un appel en justice en provenant de la garde des sceaux vient d’être demandée aujourd’hui ou hier.

    Une décision parfaitement juste au niveau de la loi ne veut pas dire qu’il soit juste dans son ensemble…

    La loi évolue et elle doit évoluer, se plier à la loi telle qu’elle existe aujourd’hui est parfois limitée, et lorsque c’est le cas elle doit être changée…

Leave a Comment


NOTE - You can use these HTML tags and attributes:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>