The Winter Classic game

Cela commence à devenir une tradition en Amérique du Nord. Cet évènement annuel montre à quel point les américains font partie des premières nations au monde pour l »évènementiel. Mais qu’est-ce que le « Winter Classic Game » ?

Pour l’expliquer il faut revenir au fondement et l’histoire du hockey sur glace. A l’origine, le hockey était un sport d’extérieur qui se pratiquait sur les lacs et rivières gelées l’hiver. Il n’existait pas de système pour créer de la glace en intérieur tel que ceux que nous connaissons aujourd’hui…

Les températures descendant largement en dessous de zéro l’hiver, la moindre flaque d’eau gèle. Puis le temps et le froid faisant, les piscines gèlent, ainsi que les petites rivières, les lacs… On peut ainsi voir chaque hiver à travers l’Amérique du Nord, mais aussi en Europe du nord ou en Russie des milliers de joueurs de hockey. L’avantage est que le matériel nécessaire pour jouer en extérieur ce compte sur les doigts d’une matin, il suffit d’une paire de patin, de gants et d’une crosse par joueur, tout le reste n’est qu’un plus. Deux minutes suffisent amplement pour s’équiper.

En 2008, la ligue nationale de hockey a eu l’idée d’organiser un match à l’extérieur, « the Winter Classic Game ». Le succès rencontré a fait incité la ligue à en faire un évènement annuel, les équipes changeant chaque année. Cette année ce classic se tenait à Pittsburgh. La confrontation a opposé les Penguins de Pittsburgh aux Capitals de Washington. Ce match très attendu en Amérique du Nord avait une saveur supplémentaire. En effet ces deux équipes étaient en début de saison considérées comme deux prétendantes pour la conquête de la coupe Stanley, chacune emmenée par une star, Sydney Crosby (canadien) pour Pittsburgh et Alexander Ovechkin (russe) pour Washington. La comparaison entre ces deux joueurs n’a pas cessé depuis la saison 2008. Elle est alimentée par la rivalité historique pour la suprématie du hockey mondiale entre les canadiens et les russes.

Le match est organisé dans des stades de baseball, voici la vidéo du match de cette année.

J’ai joué en extérieur pour ma part quand j’étais au Canada, c’est un réel plaisir et un très bon entrainement. Si vous savez patiner et manier le puck dehors avec de la neige, alors c’est encore plus facile en intérieur. Et comme le disent nos amis québécois, çà c’est le fun.

Bonne année

L’année 2010 est terminée. En ce premier jour de janvier, je vous souhaite à tous une très bonne année 2011. Je vous présente tous mes vœux. Je vous souhaite donc :

  • Que vos projets se concrétiseront
  • D’être heureux
  • D’avoir la santé (c’est le plus important au final)
  • De trouver quelqu’un pour ceux qui cherchent ^^

Pour ma part, il est fort probable que l’année 2011 soit celle du changement.

Les chutes de neige de New York résumées en 40 secondes

En allant à un entrainement de hockey avec un ami, je lui disais hier que l’hiver est particulièrement neigeux cette année à travers le monde. La France n’a pas été épargnée par la neige. Il faut semble-t-il remonter 25 ans en arrière pour retrouver un hiver avec autant de neige. L’Asie a également eu sa part au début du mois de décembre.

La côte Est des Etats-Unis a subi une tempête de neige ces derniers jours. Dans ce cas là, on peut réellement parler de tempête de neige dans la mesure où il est tombé par endroit entre 25 et 70 cm de neige en 20 heures. On notera la différence avec chez nous. On annonce une tempête de neige pour 5 ou 10 cm de neige. Heureusement pour eux, cette région est particulièrement bien équipée mais surtout préparée et habituée à composer avec la neige.

Cette dernière tempête restera tout de même exceptionnelle à cause de sa rapidité. Pour montrer cela, un américain s’est amusé à photographier l’évolution de la tempête de neige. La vidéo ci-dessous ne dure que 40 secondes, mais elle a été créée à partir de photos prises toutes les 5 minutes sur une durée de 20 heures. Je vous laisse regarder c’est impressionnant.

La prochaine évolution de la loi Evin

En nous baladant dans le campus universitaire, nous sommes tombés sur la photo ci-dessous. En la voyant je me suis rappelé que le Canada a toujours plusieurs années d’avance en matière de choix de sociétés. Depuis l’interdiction de fumer dans les lieux publics, les fumeurs s’entassent aux sorties d’immeubles, de bureaux, de métros pour allumer leur cigarette. Le problème est que du coup tout le monde en prend plein la tête dès lors que l’on passe par des endroits. Cela fait un petit moment que ce problème commence à me gêner, et s’il me gêne je ne dois pas être le seul…

Panneau à la sortie de Polytechnique

Qui veut faire un pronostic quant à une date d’arrivée en France ? Qui se lance ?

Tapez-vous rapidement au clavier ?

En discutant par email de la rapidité à écrire un sms, Fufu (merci à lui) m’a transmis le site ci-dessous. Ce site vous permet de faire un test de rapidité d’écriture d’un message sur un clavier. C’est assez déroutant dans le sens où il faut recopier sans erreur un texte ce qui est plus difficile que de taper un email.

Mots par minute

Essayez, c’est rigolo. Pour ma part, j’ai fais 53 mots par minute avec 15 corrections mais je suis tombé sur deux textes où je devais écrire 15 fois les mots psychologie ou diaspora.

Première journée de vie commune

Ce samedi 13 novembre restera une journée spéciale pour Émilie et moi. Elle sera marquée pour toujours comme étant notre première journée de vie commune. Nous sommes ensemble depuis le 18 janvier 2008. Pendant presque trois ans, nous avons enchaîné les aller-retours Paris-Bordeaux les weekends. Étant en formation à Bordeaux, il était de toute façon requis qu’elle finisse sa formation avant qu’on ne vive ensemble.

Aujourd’hui c’est finis, nous n’aurons plus à faire tous ces voyages pour nous voir. Nous continuerons bien entendu à descendre sur Bordeaux pour voir nos parents, mais aussi nos amis (histoire de rassurer Ekho et sa chérie ^_^). D’ailleurs en parlant d’Ekho, nous discutions mercredi dernier sur gmail dans l’après-midi entre trois lignes de code pour moi. Il me demandait ce que cela me faisait qu’Émilie me rejoigne chez moi. Ma seule réponse aura été bien courte, un seul mot.

Enfin…

Pour tout dire, cela fait un bon moment que nous en parlions. Je ne saurai même plus dire quand nous l’avons décidé. L’installation suit donc son cours. D’ailleurs dès ce premier jour nous avons fais plus de choses concernant notre appartement que moi depuis bien longtemps. Vivre à deux est plus motivant que seul. On finit par ne plus accepter certaines choses qu’on acceptait étant seul. Nous avons donc en une après-midi :

  • Acheter un déshumidificateur
  • Apporter réseau informatique/courant électrique dans la mezzanine
  • Renouveler mes lunettes

Enfin le soir même, Émilie est venu pour la première fois me voir jouer lors d’un match de hockey. Résultat 2-15, mais j’avais prévenu que cela risquait de se passer ainsi. Après il faut aussi voir que sur le troisième tiers, nous le gagnions 1 à 0. De plus quand on voit qu’un gardien a pris 11 buts et l’autre 4 sur le même temps de jeu, c’est qu’il y a un souci. Attention, le gardien n’est clairement pas le seul fautif. La soirée s’est terminée à 2h du matin dans un resto avec certains de l’équipe, c’était bien sympa.

Bref, c’est donc officiel, Émilie et moi avons un chez nous… et çà c’est trop bien.

NHL 2010 Top 10 goals

Je suis tombé sur cette petite vidéo il y a quelques temps. Puisqu’elle est de bonne qualité, je souhaite la partager avec vous. Seulement je vais un peu commenter chacun des buts afin d’expliquer ce qui le rend spectaculaire etc.

Voici donc quelques petites explications :

  • n°10 : Ce but est inscrit en supériorité numérique (5 joueurs des New-York Rangers vs 4 des Penguins de Pittsburg). Alors que le joueur est à genou sur la glace dos au but, il garde le contrôle du puck tout en se retournant pour l’envoyer au fond.
  • n°9 : Le joueur passe deux joueurs mais surtout arrive à éviter la charge du premier (on ne le voit pas très bien sur la vidéo, à droite de l’écran) pour enfin passer le palet dans un petit trou de souris et marquer.
  • n°8 : L’action est classique, un tir à mi-distance, le rebond est récupéré par l’équipe à l’attaque. Par contre le joueur de Washington arrive à envoyer le palet au fond avec la crosse entre ses jambes.
  • n°7 : Je ne trouve pas ce but extra ordinaire, mais il a le mérite de montrer la rapidité de ce sport et toute la difficulté pour un défenseur de stopper un attaquant à pleine vitesse. Sydney Crosby est opportuniste sur ce but.
  • n°6 : Sur ce but, le coach a du péter les plombs sur son banc. C’est une grosse erreur du défenseur, mais cela montre surtout le bon pressing de l’attaquant qui profite, qui crée l’erreur et parfaitement ajuster le gardien juste après. Ce n’est pas simple de dribbler un gardien quand on est à l’arrêt. Le joueur de Détroit a très bien joué le coup.
  • n°5 : Deuxième but de Sydney Crosby de ce top 10, celui montre toute la puissance et la technicité de ce très grand joueur. Il arrive en ayant trois joueurs autour de lui à ne pas tomber après la charge du premier, à se remettre sur le chemin du but et mettre dans le vent le gardien. La façon dont il évite la charge d’ailleurs me fait un peu penser au rugby quand un joueur pour éviter un contact garde le ballon dans une main tout en mettant son autre main en opposition au joueur voulant plaquer.
  • n°4 : Il ne peut y avoir de top 10 sans un but d’Alexander Ovechkin. Il s’agit d’ailleurs de son 500 ème point, un point étant soit un but soit une passe décisive. Ce but est remarquable car le tir n’est fait qu’à une seule main.
  • n°3 : Que dire de celui-ci ? Non vous ne regardez pas du baseball mais bien du hockey. Pourtant il s’agit bien d’un tir de volée à hauteur de genou. Le joueur récupère le palet dans les airs avec le gant avant de le lâcher et tirer sans que le palet n’ait touché le sol.
  • n°2 : Encore une fois, ce but montre la rapidité de ce jeu.
  • n°1 : On parlait de reprise de volée. Celui-ci aussi en est une. Seulement le joueur est en complet déséquilibre, en train de tomber au sol mais il regarde toujours le palet et le tape après le rebond sur le gardien pour l’envoyer au fond.

Vers un revenu maximum ?

Depuis de nombreuses années, une grande partie de sociologues décrivent le comportement des français vis-à-vis de l’argent comme malsain. Les français auraient un problème lié à l’argent. Il est assez facile de le constater en écoutant les déclarations faites ici et là. Les français veulent toujours en gagner plus tout, et crie en permanence au scandale pour les salaires des patrons, de certains sportifs, de certains peoples… tout en cachant ce qu’ils gagnent pour ne pas passer dans la catégorie de ceux qui gagnent trop.

Pour s’en convaincre un peu plus, il suffit pourtant de comparer nos comportements à ceux d’autres peuples. Et là malheureusement on constate bien que les anglo-saxons diffèrent complètement sur ce point. Dans les pays du nord de l’Europe ainsi qu’en Amérique du Nord il n’est point tabou de discuter d’argent, d’évoquer le salaire des salariés, patrons… Des amies peuvent discuter argent sans que cela pose de réels problèmes.

En zappant je suis tombé ce matin sur un débat autour de l’équipe de France sur la chaîne LCP. On pouvait entendre un politique dire en gros « Domenech gagne trop d’argent ». On peut être d’accord ou non, là n’est pas mon point. Cela n’a été dit qu’à demi mot, mais l’argument avancé, en lisant à travers les lignes, était que l’entraîneur avait failli à sa mission, qu’il ne méritait donc pas son salaire et qu’on ne devrait pas le lui verser.

Ce genre de discours est à mon sens très dangereux. Comment pourrait-on justifier le droit ou non de verser un salaire ? Il ne s’agit ici pas de primes qui sont soumises à une négociation et un choix de la part de l’employeur, mais bien de salaires. Le principe même d’un salaire est l’obligation de le verser. Si un employeur souhaite ne plus verser de salaires, des procédures existent qu’on appelle le licenciement.

J’en viens au titre de cet article. Hier soir alors que je regardais la rediffusion de « C dans l’air », j’ai été choqué d’entendre une notion défendu par un représentant du mouvement politique « Europe Ecologie ». J’en ai tellement été choqué que j’ai du mettre deux heures à m’endormir. Cette notion est tout simplement le principe de revenu maximum. Une fois de plus nos chers politiques s’appuient sur des abus d’une partie minoritaire du système pour faire passer leurs propositions. Même si je suis plutôt opposé à la mise en place de cette restriction, ce n’est pas tant le principe même de revenu maximum qui m’a choqué mais plutôt le niveau de celui-ci.

On entend de plus en plus la notion de « x fois le smic ». C’est donc ainsi que le revenu maximum serait définis. Les valeurs proposées lors de l’émission hier était de 8 à 10 fois le SMIC. Pour transposer en euros, cela correspond environ pour l’année 2010 à 10800€ ou 13500€ brut par mois. Comment peut-on vouloir limiter à de telles valeurs ? La très très très très très très très très très très très grosse majorité des gens qui seraient concernés gagnent leur vie honnêtement sans abuser du système. De plus dans une entreprise, les salaires augmentent en fonction du poste. Cela signifierai qu’une entreprise gagnant de l’argent aurait une grille de salaire allant de une fois le SMIC à 10 fois le smic pour le patron par exemple. En fonction du nombre de niveau au sein de l’entreprise il serait facile de savoir qui gagne combien. Vous êtes à tel poste donc votre salaire est de tant et c’est tout.

Quid de ceux qui gagnent plus de dix fois le SMIC ? Que fait-on de leurs salaires ? Si les entreprises ne peuvent pas légalement les payer plus, cet argent restera dans leurs caisses pour financer l’investissement ou favoriser la rentabilité. Et qui en profiterait ? Les actionnaires… c’est à dire une faible partie de la population. De plus il faut arrêter de cracher sur les gens qui gagnent de l’argent car l’énorme majorité d’entre eux paient leurs impôts, font tourner l’économie, créent des emplois de services.

Tout le monde sait ce qu’est « La fuite des cerveaux ». Aujourd’hui nous sommes dans une société de l’information et de la connaissance. Pour ce faire, les entreprises ont besoin d’emplois qualifiés. La compétence se paie. Une telle mesure ne ferait que faire encore plus fuir les employés qualifiés vers l’étranger.

Le revenu maximum tel que proposé, c’est une mise à niveau générale vers le bas qui aurait de graves répercussions sur notre économie…

0 à 100 km/h en 3 secondes…

Il est drôle de voir comment de banales paroles donnent parfois des idées. Lorsqu’il faut faire des cadeaux, l’idée ne vient pas toujours. On se retrouve donc à scruter, analyser, décortiquer ce que disent les personnes à qui on souhaite faire un cadeau.

Je ne saurai dire pourquoi, comment, où. Était-ce un sujet de conversation sur lequel nous sommes tombés ? En ai-je parlé ? Toujours est il que ma copine a relevé que je souhaitais sauter en parachute depuis bien longtemps. Quelle fût ma surprise lors de l’ouverture d’une énorme boîte à chaussure pour mon 25ème anniversaire de voir ce petit bout de papier. J’apprends en plus que je ne suis pas le seul à sauter. En parlant avec Sandra et Liz, elles ont elles-aussi offert ce bout de papier à Ekho et Lyr pour leurs 25 ans, sauf qu’Ekho n’était pas au courant.

Ainsi a germé l’idée de sauter ensemble du même avion. Le rendez-vous fût rapidement pris pour le dimanche 1er août. Malheureusement ce jour-là le temps était loin d’être au rendez-vous; seul jour de la semaine avec de la pluie nous n’avons pas pu sauter. Il faut savoir que les conditions nécessaires pour effectuer un saut en parachute (pour du loisir) sont plus strictes que pour voler en avion, ne serait-ce que parce qu’il faut voir le terrain de l’avion pour sauter. Nous avons donc sauté le lendemain à 11h, soit 24 heures plus tard.

En voyant l’avion, on se demandait comment nous allions rentrer à 10 : trois caméramans dont deux qui ont pris des photos, un sauteur solo et nous trois plus nos trois sauteurs. Je n’avais encore jamais survolé le bassin. Pour monter à 4 km de haut soit la hauteur du saut, nous sommes passés au dessus de la dune du Pyla, vu le cap ferret. Aux alentours des 9900 pieds, nos sauteurs ont commencé à nous préparer, à nous arnacher tout en nous rappelant une dernière fois les consignes de sécurité.

Puis le moment de vérité, à 4000 mètres d’altitude, le pilote donne son feu vert, mon sauteur ouvre la porte, mon caméraman se met en place et c’est le grand saut (la plus grande marche de ma vie ^_^).

Accélération

Accélération

L’accélération est très rapide alors qu’on ne prend finalement qu’1G, 6 secondes pendant lesquels on atteint la vitesse stabilisée de 200 km/h. Cela fait en gros une accélération de 0 à 100 en 3 secondes. Les voitures peuvent aller se rhabiller ^_^.

Chute libre

Chute libre

Merci mon coeur et comme je l’ai dis sur la vidéo, tu y passeras…

La palombière

J’adore ce sketch. C’est juste impossible de ne pas rire quand on l’écoute. La vidéo ci-dessous vous permettra d’écouter la chronique radio faite par Tonton Christobal sur Sud Radio. Les images sont rigolotes, mais le texte est hilarant.

Le plus drôle avec tout çà, c’est qu’il y a une grosse part de vérité dans cette histoire…

12h07
12h08
12h09
12h11
12h12
Je me demande pourquoi yen avait pas à 12h10…

17h63 : je sais plus où j’en suis ou alors c’est ma montre qui déconne
17h84 : çà doit être ma montre, c’est surement ma montre qui déconne
25 heures trente douze