Category Archives: Ma petite vie

Périple alsacien

Il est parfois difficile de concilier les multiples emplois du temps de différentes personnes, compliquant l’organisation lorsque l’on veut voir les gens. Cependant je considère que bien souvent, les obstacles n’existent que dans la tête des gens qui les énoncent. On peut faire des montagnes de petits problèmes ou bien les prendre un à un. Il existe des personnes, de la famille, des amis, pour lesquels on est prêt à se déplacer même si c’est compliqué.

Ainsi nous étions de mariage le week-end du 11 février. Celui-ci avait lieu en Alsace, près de Strasbourg. Emilie terminant à plus de 21h le vendredi soir, nous ne pouvions pas partir le soir. La cérémonie à la mairie à laquelle nous étions conviée avait lieu à 10h15 le matin, nous nous sommes levés à 3h45 pour un départ à 4h30.

Il faut savoir ce qu’on veut.

Cette simple phrase illustre ma pensée. Tous les invités étaient quelque peu surpris, ou admiratifs, en apprenant que nous étions partis si tôt de Paris pour faire 5h de route. Il s’agit en fait tout simplement de pragmatisme. Nous voulions être présent, alors nous nous en sommes donnés les moyens. Il est clair que nous sommes rentrés de ce week-end très fatigués mais cela en valait vraiment la peine.

Nous sommes donc partis très tôt en voiture, A86 puis A4. Deux conducteurs n’étaient pas de trop, on a pu se relayer et dormir pendant que l’autre conduisait. Vu l’heure, nous n’avons croisé sur la route qu’une petite poignée de voitures, et surtout des camions. Plus nous avancions vers l’est, plus le thermomètre descendait pour arriver aux alentours de -11°C en Alsace. Heureusement nous n’avons pas eu la moindre neige sur la route, donc au final le trajet s’est déroulé sans accroche.

L’Alsace est un beau pays et je comprends maintenant pourquoi mon collègue a déménagé dans cette région dernièrement. La cérémonie, prévue pour 10h15 à la mairie de Dingsheim, ville de 1300 habitants, s’est parfaitement déroulée. Certaines personnes reprochent souvent lorsqu’il n’y a pas de cérémonie religieuse que le mariage civil est trop court et peu personnalisé. En réalité il existe des lois donnant des droits pour personnaliser le déroulement. Je crois vraiment qu’il n’y a pas mieux que se marier dans des petites villes. Le maire avait préparé un discours qui a vraiment contribué à rendre ce moment personnalisé.

Un élément m’a bien plu lors de la cérémonie : la musique. Nous avons donc eu le droit à un mix entre une musique classique de mariage et la marche impériale, ce qui a bien fait rire tout le monde. Par contre, les 15 minutes qui ont suivi ont été moins drôle. En effet, faire une photo de groupe par -11°C et du vent en plus en tenue de mariage n’est pas une partie de plaisir. Tout le monde souriait au moins, la mâchoire figée par le froid. Les mariés ont d’ailleurs été frigorifiés dans l’après-midi lors de leur séance photos.

La soirée traditionnel avait lieu dans un grand restaurant tenu par un chef étoilé. Celui-ci après avoir gagné son étoile ne voulait plus faire payer les clients comme dans les grands palaces. Un restaurant pratiquant des prix attractifs avec la nourriture gastronomique ne peut que bien marcher. L’entrée a particulièrement plu, tout le monde s’accordant sur le fait que c’était le meilleur plat servi ce soir-là. Je ne me souviens plus de l’intitulé du plat mais les ingrédients étaient à peu près les suivants :

  • Écrevisse entouré d’une sorte de vermicelle maison
  • Purée de patates douces
  • Lait de coco
  • Citron kefir

Nous avons donc bien mangé. Pour une fois nous n’avons pas trop mangé à un repas de mariage, en dehors du dernier dessert. La salle était magnifique, sobre et très colorée, le style rappelant celui de Kenzo, ce qui a fait plaisir aux mariés lorsque nous le leur avons dis parce que c’est exactement ce qu’il voulait.

La mariée avait réussi à ne pas pleurer jusqu’à ce qu’elle ouvre une boîte surprise dans laquelle se trouvait un cadeau fait maison de sa mère, un surplus d’émotion qui a ouvert les vannes. Après en avoir parlé avec les mariés, cette journée a été très intense et fatigante pour eux, levé de bonne heure, accaparé par tous les invités. Mais que de plaisir finalement…

Le dimanche midi à partir de 11h était organisé un brunch avec les restes de la veille puis il a bien fallu que nous rentrions sur la région Parisienne.

Enfin bref, ce weekend nous a donné très envie d’être à dans 1 an et demi ^^

Objectif III : Acheter une voiture

Parfois il faut savoir faire les choses rapidement. Il faut dire qu’on a pas toujours le choix. Tout comme pour les appartements, l’achat d’une voiture oblige à être réactif. Les bonnes occasions partent vite. Nous avons commencé à chercher il y a une semaine ou deux. L’achat de notre tuture n’aura pas duré plus de deux jours.

Après quelques tentatives sur la région parisienne, nous voulions nous orienter vers l’achat d’une voiture à un professionnel, c’est pourquoi lors d’un week-end de trois jours nous avons parcouru la route de Toulouse à Bordeaux. C’est à se demander si ce n’est pas fait exprès, tant de concessionnaires sur quelques kilomètres de long. Il y a du bon comme du moins bon, cela va des grosses marques de voitures qui proposent aussi de l’occasion à des petits professionnels qui n’inspirent pas forcément confiance. Comment essayer une voiture quand elles sont toutes entreposées les unes à côtés des autres avec l’espace pour une personne de passer … Chez certains professionnels, à peine arrivé on vous saute dessus.

Globalement nous étions déçus même si quelques modèles nous plaisaient. La plupart des modèles étaient surestimés à mon avis, notamment certaines voiture qui avaient plus de 150000 kilomètres à plus de 8000 € même si ces deux données seules ne donnent pas trop d’idées.

Emilie collée à son portable sur leboncoin m’a montré l’annonce d’une Opel Corsa qui correspondait à nos critères. Après un bref appel nous avons convenu d’un rendez-vous le dimanche à la gare de Saint-Emilion. La chance faisant, le lendemain il faisait grand beau temps sur la région bordelaise, ce qui est mieux pour observer une voiture. Mon père qui ne compte plus le nombre de fois où il a fait cela était venu avec nous dans le but de donner un avis « technique » sur la voiture. Acheter une voiture est important, de sommes non négligeables sont en jeu, il faut donc scruter le moindre défaut pour éviter les surprises. Ci-dessous une petite liste de choses à vérifier avant d’acheter une voiture, la liste n’est pas exhaustive loin de là.

  • Nombre de chiffres au compteur : Si la voiture n’a que cinq chiffres, il est possible qu’un tour du cadran ait déjà été fais.
  • Date du dernier contrôle technique : Il doit être de moins de six mois, sauf si la voiture a moins de quatre ans auquel cas il n’y en a pas.
  • Détail du contrôle technique
  • État des amortisseurs : La voiture ne doit pas osciller lorsque vous mettez tout votre poids puis l’enlever.
  • État des pneus : trop usés ?
  • Carrosserie : Y a-t-il des variations d’écartement entre les portières et le chassie ? Cela peut impliquer que la voiture a été accidentée.
  • Portières : S’ouvrent et se referment-elles bien ?
  • Boite de vitesse : Il faut passer toutes les vitesses lors du test dans divers régimes pour voir comment réagit la voiture.
  • Équilibrage : En prenant un peu de vitesse, le but est de voir si la voiture continue à avancer tout droit quand on ne tient plus le volant. Il suffit de se mettre au point et de freiner tout en lâchant le volant.
  • Poste radio : Fonctionne-t-il (radio, cd…) ?
  • Les commandes électriques fonctionnent-elles ? (vitres, clim, …)
  • etc etc etc

Bref, la liste est longue. Après essai, la voiture nous convenait. Nous avions auparavant fais un petit tour sur « la centrale des particuliers » pour avoir la côte moyenne de vente entre particuliers. Nous avons désormais une voiture modèle Opel Corsa 1.3L Enjoy, 5 portes datant de 2007 avec 61000 km au compteur.

PS : Je vais essayer d’avoir quelques photos ce week-end.

Objectif II : Déménager

Trois ans que j’habitais au même endroit, dans le même appartement, cela ne pouvait que changer. L’arrivée d’Émilie chez moi a en fait précipité ce changement. Je suis très content de changer, mais il est clair que je ne l’aurais peut-être pas fais si j’avais été seul. Ce déménagement marque un vrai premier pas dans notre vie en couple. Elle pourra désormais se dire chez elle, enfin chez nous ^_^.

Le déménagement en soi est terminé puisque nous avons empaqueté, rangé, nettoyé, chargé, déchargé mais l’emménagement est loin d’être finis. Le salon est en place, et vous me croirez ou pas mais je n’ai toujours pas rebranché mon ordinateur. Je n’en ai pas touché un pendant deux jours et çà fait du bien de se couper un peu. Nous avons de l’eau chaude (cela marche mieux quand on enclenche le fusible au tableau électrique). Le problème aujourd’hui se situe dans la cuisine puisqu’on ne peut pas vraiment dire qu’elle soit fonctionnelle. La vie moderne a du bon mais dès qu’il manque un ou deux appareils, en l’occurrence frigo et plaques, on est bloqué.

La part la plus rébarbative dans un déménagement est de loin les démarches administratives. Heureusement elles s’améliorent avec l’informatisation, mais leur nombre prend du temps. En voici une petite liste d’exemple

  • Edf
  • Boulot
  • Ratp
  • Mutuelle
  • Banque
  • FAI
  • … j’en passe et des meilleurs

Bref, le déménagement est terminé mais il nous reste pas mal de rangement à faire. Le côté positif est que cela ne me rallonge pas vraiment pour aller au boulot, au lieu de 15 minutes, j’ai 35 minutes de transport ce qui est largement acceptable, surtout quand on compare à d’autres…

On devrait pouvoir pendre la crémaillère dans quelques temps, si on trouve une date…

PS : je mettrai des photos dans les jours à venir…

Objectif I : Passer le niveau C d’arbitrage

Je l’avais annoncé dans mon post de vœux en début d’année, l’année 2011 sera pour moi une année chargée, pleines de changements.

Le championnat n’a pas encore recommencé. Ainsi un stage d’arbitrage était proposé le week-end dernier à Bercy. Ce stage m’a permis de passer mon niveau C. J’avais passé mon niveau B également à Bercy fin 2009. Pendant ce stage, je me suis rendu compte de la grande différence qu’il y a entre être joueur et connaitre le jeu et être arbitre. La première différence réside dans le fait qu’un arbitre doit connaître un bouquin de règles de 120 pages par cœur.

Pour obtenir le niveau C, il faut passer plusieurs tests physiques ainsi que théoriques. Les tests physiques sont au nombre de quatre, ils sont bien entendus chronométrés.

  • 40m avant. Ce test est un sprint départ arrêté de 40m en marche avant.
  • 40m arrière. Ce test est identique au premier, sauf que c’est en marche arrière.
  • Slalom. Le but de ce test est de vérifier la capacité d’un arbitre à faire des pivots (changement arrière-avant). Cinq plots sont alignés, chacun espacé de trois mètres. Le départ s’effectue arrêté à environ 5 mètres du premier plot. Il faut tout simplement faire deux allers retours tout en regardant toujours vers le fond de la patinoire. Les allers se font donc en marche avant, les retours en marche arrière.
  • Le grand 8. Ce test n’a rien à voir des montagnes russes, même si c’est le test le plus redouté. Il existe sur toutes les patinoires quatre cercles rouges. Le grand 8 consiste à faire un 8 entre deux cercles, chacun situé à un bout de la patinoire. En fonction des dimensions de la patinoire, on choisira deux cercles face à face ou en diagonale. La difficulté de ce test est l’endurance, puisqu’il faut faire 5 fois le grand 8. Ce test est long, il ne faut donc pas partir trop vite pour ne pas se cramer, tout en partant suffisamment vite pour faire un bon temps. Autant dire qu’il faut le faire plusieurs fois pour trouver le bon dosage.

Lors de mon passage du niveau B, nous n’avions pas fais le test du grand 8. Ci-dessous un petit tableau de mes temps.

  Niveau B Niveau C
40m avant 6,10 6,03
40m arrière 8,03 7,15
Slalom 24,00 22,60
Grand 8 x 75,97

Le plus difficile lors de ces stages d’arbitrage sera toujours les tests théoriques, et surtout le test de substitution. Ce questionnaire de 30 questions vous retourne le cerveau. Il faut donner quatre réponses à chaque question, combien de joueurs sur la glace et combien sur le banc des pénalités pour chaque équipe. Il existe bien entendu des règles à suivre.

Enfin bref, objectif I terminé ^_^

Première journée de vie commune

Ce samedi 13 novembre restera une journée spéciale pour Émilie et moi. Elle sera marquée pour toujours comme étant notre première journée de vie commune. Nous sommes ensemble depuis le 18 janvier 2008. Pendant presque trois ans, nous avons enchaîné les aller-retours Paris-Bordeaux les weekends. Étant en formation à Bordeaux, il était de toute façon requis qu’elle finisse sa formation avant qu’on ne vive ensemble.

Aujourd’hui c’est finis, nous n’aurons plus à faire tous ces voyages pour nous voir. Nous continuerons bien entendu à descendre sur Bordeaux pour voir nos parents, mais aussi nos amis (histoire de rassurer Ekho et sa chérie ^_^). D’ailleurs en parlant d’Ekho, nous discutions mercredi dernier sur gmail dans l’après-midi entre trois lignes de code pour moi. Il me demandait ce que cela me faisait qu’Émilie me rejoigne chez moi. Ma seule réponse aura été bien courte, un seul mot.

Enfin…

Pour tout dire, cela fait un bon moment que nous en parlions. Je ne saurai même plus dire quand nous l’avons décidé. L’installation suit donc son cours. D’ailleurs dès ce premier jour nous avons fais plus de choses concernant notre appartement que moi depuis bien longtemps. Vivre à deux est plus motivant que seul. On finit par ne plus accepter certaines choses qu’on acceptait étant seul. Nous avons donc en une après-midi :

  • Acheter un déshumidificateur
  • Apporter réseau informatique/courant électrique dans la mezzanine
  • Renouveler mes lunettes

Enfin le soir même, Émilie est venu pour la première fois me voir jouer lors d’un match de hockey. Résultat 2-15, mais j’avais prévenu que cela risquait de se passer ainsi. Après il faut aussi voir que sur le troisième tiers, nous le gagnions 1 à 0. De plus quand on voit qu’un gardien a pris 11 buts et l’autre 4 sur le même temps de jeu, c’est qu’il y a un souci. Attention, le gardien n’est clairement pas le seul fautif. La soirée s’est terminée à 2h du matin dans un resto avec certains de l’équipe, c’était bien sympa.

Bref, c’est donc officiel, Émilie et moi avons un chez nous… et çà c’est trop bien.

0 à 100 km/h en 3 secondes…

Il est drôle de voir comment de banales paroles donnent parfois des idées. Lorsqu’il faut faire des cadeaux, l’idée ne vient pas toujours. On se retrouve donc à scruter, analyser, décortiquer ce que disent les personnes à qui on souhaite faire un cadeau.

Je ne saurai dire pourquoi, comment, où. Était-ce un sujet de conversation sur lequel nous sommes tombés ? En ai-je parlé ? Toujours est il que ma copine a relevé que je souhaitais sauter en parachute depuis bien longtemps. Quelle fût ma surprise lors de l’ouverture d’une énorme boîte à chaussure pour mon 25ème anniversaire de voir ce petit bout de papier. J’apprends en plus que je ne suis pas le seul à sauter. En parlant avec Sandra et Liz, elles ont elles-aussi offert ce bout de papier à Ekho et Lyr pour leurs 25 ans, sauf qu’Ekho n’était pas au courant.

Ainsi a germé l’idée de sauter ensemble du même avion. Le rendez-vous fût rapidement pris pour le dimanche 1er août. Malheureusement ce jour-là le temps était loin d’être au rendez-vous; seul jour de la semaine avec de la pluie nous n’avons pas pu sauter. Il faut savoir que les conditions nécessaires pour effectuer un saut en parachute (pour du loisir) sont plus strictes que pour voler en avion, ne serait-ce que parce qu’il faut voir le terrain de l’avion pour sauter. Nous avons donc sauté le lendemain à 11h, soit 24 heures plus tard.

En voyant l’avion, on se demandait comment nous allions rentrer à 10 : trois caméramans dont deux qui ont pris des photos, un sauteur solo et nous trois plus nos trois sauteurs. Je n’avais encore jamais survolé le bassin. Pour monter à 4 km de haut soit la hauteur du saut, nous sommes passés au dessus de la dune du Pyla, vu le cap ferret. Aux alentours des 9900 pieds, nos sauteurs ont commencé à nous préparer, à nous arnacher tout en nous rappelant une dernière fois les consignes de sécurité.

Puis le moment de vérité, à 4000 mètres d’altitude, le pilote donne son feu vert, mon sauteur ouvre la porte, mon caméraman se met en place et c’est le grand saut (la plus grande marche de ma vie ^_^).

Accélération

Accélération

L’accélération est très rapide alors qu’on ne prend finalement qu’1G, 6 secondes pendant lesquels on atteint la vitesse stabilisée de 200 km/h. Cela fait en gros une accélération de 0 à 100 en 3 secondes. Les voitures peuvent aller se rhabiller ^_^.

Chute libre

Chute libre

Merci mon coeur et comme je l’ai dis sur la vidéo, tu y passeras…

Retour bizarre

La saison continue. Hier avait donc lieu le premier match retour de la phase de play-down. C’est ainsi que je suis retourné jouer à Viry, ville dans laquelle j’ai grandi. Ayant joué six ans dans ce club, cela fait bizarre d’y revenir jouer, plus de dix ans après… L’issue du match était pliée à l’avance. N’étant que 10 face à 15 joueurs pour Viry, le match s’est résumé à défendre défendre défendre. Jouant à l’extérieur, nous n’étions pas assez nombreux et avons même du faire appel à des joueurs débutants qui ne jouent pas d’habitude à ce niveau. Au moins nous n’étions pas forfait. Seul point positif à ce qu’il y ait peu de joueurs, j’ai joué tout le temps…

Le résultat est donc de 9 à 3 mais on peut dire merci à Vincent notre gardien qui en a sorti un bon paquet. Le hockey est un sport de vitesse qui est régie par le positionnement des joueurs. Un mauvais positionnement rend la défense de l’équipe adverse beaucoup plus facile. Il faudra à l’avenir jouer beaucoup plus simple en attaque, trop de déchets, trop de passes dans la largeur qui sont interceptées.

Le match s’est déroulé dans une bonne ambiance. Il y a eu entre 40 et 45 minutes de pénalités. C’est énorme, mais 37 sont à attribuer à un joueur qui a pris les pénalités suivantes en l’espace de 30 secondes.

  1. 2 min pour charge avec la crosse
  2. 10 min pour méconduite (protestation à l’annonce par l’arbitre de la première pénalité)
  3. 5 + 20 min une fois sur le banc des pénalités

Le hockey s’est extrêmement modernisé depuis quelques années, les sanctions ont été renforcées pour éviter les insultes, mauvais coup… Une pénalité majeure de 5 minutes entraîne l’exclusion automatique du joueur pour le restant du match, ainsi que la rédaction par les arbitres d’un rapport d’incident. La pénalité peut être

  • PMM : Pénalité de Méconduite pour le Match
  • PM : Pénalité de Match

La pénalité de match entraîne automatiquement le passage devant une commission disciplinaire, une amende…

Bref, cela ne rigole pas.

Dialogue du jour

Aujourd’hui était le dernier jour de travail d’une stagiaire avec qui j’ai eu à travailler. En stage depuis 8 mois, cela laisse le temps d’apprendre à connaître ses collègues. On ne travaille évidemment pas avec tout le monde. A son pot de départ, nous avons eu droit à un petit dialogue burlesque entre cette stagiaire et une autre personne du même service.

Bon allez moi j’y vais Charlotte. Bonne continuation et merci pour ton aide.

Mon aide, heu, on a jamais bossé ensemble…

Ah oui, et bien je savais pas quoi dire ^^

C’est toujours drôle de voir comment nous réagissons parfois avec maladresse quand on ne sait trop quoi dire…

Un si beau cadeau

Le temps passe bien vite. Plus il avance, plus on le voit défiler, ou plutôt plus il défile sans qu’on ne le voit. En regardant en arrière, il doit vous arriver tout comme moi de vous dire que tel évènement s’est passé il y a x mois, x années avec un étonnement disant « ah bon déjà ».

Dans six jours maintenant, cela fera deux ans que Emilie et moi sommes ensembles. Et oui déjà. Et pourtant cela se vie au jour le jour. Ainsi ai-je eu la surprise, en plus de celle d’hier d’Emilie restant une journée de plus, de voir en rentrant chez moi.

Un si beau cadeau

Un si beau cadeau

C’est juste beau. Il suffit parfois de peu de chose pour faire plaisir mais cela vaut le coup de le faire.

MERCI mon cœur !!!

Bonne année 2010

Je vous souhaite une bonne et heureuse année 2010. L’année 2009 emporte avec elle la décennie des années 2000. Cela ne me fait pas trop bizarre contrairement à d’autres.

J’espère que cette année vous apportera la réussite dans vos projets professionnels et personnels. Je vous souhaite surtout à tous de garder la santé car c’est de loin le plus important. Je pense enfin à ceux à qui je souhaite de trouver quelqu’un cette année.